Consultez nos archives

En effet, si un marché public est lancé pour la dératisation, force est de constater qu’au prix retenu le travail ne peut pas être fait selon le cahier des charges. Dès lors, la population de rongeurs ne peut être qu’exponentielle.

La dératisation est un vrai travail et, dans le cas présent c’est toute une profession qui est remise en cause …. Corinne Vieillemard

Selon le Le Point.fr – Publié et modifié le Des bandes de rats ont investi le jardin jouxtant le musée et disputent leurs pique-niques aux Parisiens.

“C’est Ratatouille !” s’enthousiasment les enfants en pointant les rongeurs du doigt. La pelouse du jardin du Carrousel, accolée aux Tuileries et au musée du Louvre, est envahie par des dizaines de rats. Pas franchement farouches. X Francolon, photographe (agence Sipa) a pris des clichés et indique que c’est habituel de croiser des rats la nuit à Paris mais que c’est plus surprenant de les voir sortir en plein jour s’approcher des gens qui pique-niquent.

 

Selon le photographe ce qui attise l’intérêt des rongeurs, ce sont les restes alimentaires des Parisiens laissés sur la pelouse du Louvre.  Parti pour photographier autre chose, il a observé une bonne trentaine de rats pendant 2 jours. Selon lui, des types dorment sur la pelouse alors que des rats se poursuivent juste à côté, des enfants les approchent comme si c’étaient des pigeons, ceux qui pique-niquent engloutissent leur repas comme si de rien n’était, une indifférence générale incroyable…

 

Ceux qui laissent les restes de leur dîner, ne sont pas étrangers à la présence des rongeurs, pour qui la pelouse se mue en fabuleux garde-manger. 

 

Selon quelqu’un du musée du Louvre contacté par  Metronews “Nous agissons tout au long de l’année de manière soutenue et ciblée pour limiter au maximum ce phénomène, en étroite collaboration avec le service d’hygiène de la ville de Paris. Le Louvre a également un marché pour la dératisation auprès d’une entreprise”, précise encore le musée. Indifférence des passants, omniprésence, jeux des enfants : peut-être nourrira-t-on bientôt les rats dans les jardins publics, comme des pigeons.

 

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)