Consultez nos archives

Le Butineur – Automne 2016

Engagés dans la volonté de défendre la biodiversité, HYGIENE OFFICE et BEPOX accueillent trois ruches d’environ 240 000 abeilles.

Chez les abeilles, on ne se pique pas de parité

Dehors les mâles ! C’est en substance ce qui arrive aux faux-bourdons, les abeilles mâles, lorsque l’été se termine.
La petite société qui forme l’essaim devient alors uniquement composée de femelles et restera ainsi jusqu’au printemps suivant. Mis dehors sans ménagement, les faux-bourdons sont condamnés à périr: incapables de butiner, ils mourront de faim, de froid et d’épuisement. Le mot parité n’existe pas chez les abeilles… Elles les chassent avant les rigueurs hivernales car ils représentent des bouches à nourrir inutiles. La fonction essentielle du faux-bourdon est la fécondation de la reine, qui a lieu
au printemps. Cette même reine se met à pondre des œufs de mâles dès que les fleurs abondent. Né d’un ovule non fécondé (le faux-bourdon cumule les malchances : il n’a pas de père!), ce gros pépère se repère de suite avec son corps massif et ses gros yeux. Contrairement à ses sœurs, il est bien accueilli, en haute saison, dans n’importe quelle ruche, même si ce sont les ouvrières qui doivent
lui donner à manger. Lui ne sait rien faire : ni construire les cadres, ni butiner ni même garder le
temple puisqu’il est dépourvu de dard… S’il a de la chance – mais est-ce vraiment une chance au regard du destin tragique qui l’attend à l’issue de cet acte ? – il sera l’un des élus qui fécondera une reine lors de son vol nuptial. Il y laissera ses organes génitaux… et sa vie.

Cherche sucre désespérément

Vous vous apprêtiez à prendre un fruit abîmé dans votre corbeille et vous êtes soudain arrêté par la présence d’une abeille. Un scénario qui devient plus fréquent en septembre, lorsque la pénurie de fleurs est patente. L’abeille cherche alors d’autres sources de sucres. Mais elle est obligée de choisir des fruits déjà entamés par d’autres insectes (les guêpes, par exemple), car, dépourvue de mandibules, elle ne peut pas percer la peau. Ne la confondez pas non plus avec les nuées qui vous envahissent dès que vous sortez la viande pour un barbecue : ces bestioles jaune vif et noir, ce sont des guêpes, carnivores, agressives et voraces. Et promettez-nous que vous ne crierez plus « attention une abeille » dès qu’un de ces insectes nuisibles se posera sur votre côte de bœuf.

L’abeille, elle, est végétarienne !

 

(pour les désinsectisations contre les nuisibles type frelons asiatiques, guêpes, …n’oubliez-pas nos spécialistes à Hygiène Office 01.60.11.25.23)

 

Selon Henri Duchemin, sociologue, dès la mi-août, les fleurs se raréfiant, les abeilles sont à la peine pour trouver de la nourriture et constituer leurs réserves d’hiver. L’apiculteur doit donc les aider à faire des provisions pour qu’elles puissent passer la saison froide sans mourir de faim. Il s’agit de leur donner environ 15 kg (par ruche) de sucre en sirop pour compenser le fait de leur avoir prélevé leur miel. Pour ce faire, il utilise un nourrisseur, un système qui permet aux abeilles de venir boire le sirop sans se noyer qu’il vient poser sur la colonie, sous le toit de la ruche.

 

250 millions de fleurs sont visitées par les abeilles d’un rucher en une saison. Elles parcourent ainsi plusieurs fois la distance de la terre au soleil.

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)

Nous appeler