Consultez nos archives

guide sur la gestion de la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public

Le lien entre santé et qualité de l’air n’est plus à démontrer, d’où l’importance de pouvoir respirer un air de qualité à l’extérieur, comme à l’intérieur des bâtiments. Si les activités humaines, notamment la combustion, génèrent des particules de taille et de composition diverses à effets pathogènes (problèmes cardiovasculaires, respiratoires, etc.), des études ont démontré que les produits que nous utilisons au quotidien (meubles, aérosol, produits ménagers, tabac, etc.) participent également à la pollution de l’air intérieur.

Afin de réduire les effets sur la santé d’une pollution potentielle de l’air intérieur, le guide de gestion de la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public vient d’être mis à disposition. Elaboré par le ministère chargé de la santé avec l’appui d’un groupe de travail pluridisciplinaire, il contient une série d’outil permettant d’identifier, d’évaluer et de gérer la majorité des problèmes de qualité d’air intérieur.

Par exemple, deux types d’actions peuvent être mises en oeuvre pour améliorer la qualité de l’air intérieur, à savoir d’une part, des actions préventives qui visent à éviter l’apparition d’un problème de qualité d’air intérieur et qui sont mises en oeuvre avant l’apparition d’un problème (ex : maintenance et entretien régulier du système de ventilation), et d’autre part, des actions correctives qui visent à corriger un problème de qualité d’air intérieur et qui sont mises en oeuvre après l’apparition du problème (ex : après identification d’un dysfonctionnement du système de VMC, réparation du système).

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)